SEMAINE 1 – 19 au 23 JUILLET

À GOUAREC (22) / CÔTÉ CAMPAGNE

NIVEAU EXPLORATION

SELENA HERNANDEZ

« Toc, toc. Qui est là? »
« C’est Séléna ! »

MURMURATION(S)

Comparable aux essaims d’insectes ou au groupes de poissons se déplaçant comme une seule entité vivante, le « murmure » des oiseaux  est un phénomène naturel rare et époustouflant:  des centaines d’oiseaux volent comme une masse unique dotée de conscience. (https://youtu.be/h2AOsRS1jmk)

S’inspirant de ces nuages d’oiseaux, nous explorerons l’auto-organisation en improvisation: c’est à dire la capacité à produire, à maintenir et à nourrir une structure dramaturgique à l’échelle du groupe sans qu’elle résulte de l’intervention d’une volonté individuelle. Cela signifie qu’il n’y a ni leader, ni centre organisateur, ni projet individuel. Cela signifie que l’on forme un Tout, un ensemble, où émerge les singularités. 

Pendant 5 jours avoir ce projet commun: être ensemble un ensemble. Les uns avec les autres/en même temps/les éléments constituant le tout/une formation en harmonie. 
Nous travaillerons vers ces objectifs: 
Porter à la scène les sensibilités individuelles pour construire la fiction et structurer les inspirations collectives pour théâtraliser, poétiser, peindre l’universalité. 
Construire une écriture physique puissante, consentie et collective. 

Nous explorerons
– La place de l’acteur: Être partie du tout, s’y manifester, expérimenter notre singularité, inspirer.
– La place dans le Choeur: Tenir sa place dans le tout, s’y fondre, expérimenter l’unité, se laisser modifier.
– Incarner le sens sans l’explication: Faire corps comme métaphore, s’unir pour transcender le réalisme du « petit fait curieux», s’emparer d’autres codes artistiques.
– Travail de la fiction collective:  Écriture collective et collaboration émotionnelle.
– En musique. Puisque l’émotion est un mouvement impliquant des répercussions physique: let’s dance!


NIVEAU TECHNIQUE

JULIE
GALLIBERT

« Venez, vous serez entre deux bonnes mains »

[COMPLET] /
LA PENSÉE EST UNE FLEUR

Rendre sincères et justes nos personnages, trouver comment s’en amuser sérieusement en évitant les clichés et en considérant les pensées intérieures.

Nous avons tendance à nous focaliser sur l’action. Avant cette étape, il faut comprendre pourquoi ce personnage doit agir. Nous prendrons le temps de conscientiser nos véritables motivations en écoutant notre for intérieur. Faire le choix de partir de soi plutôt que de s’appuyer sur le monde extérieur. Révéler nos pensées pour mieux incarner notre personnage afin de ne pas fabriquer et de trouver une sincérité.

. Trouver sa gymnastique de pensée
. S’intéresser et faire confiance à nos ressentis
. S’amuser de notre propre perception du monde

Ressentir une empathie chez notre personnage, révéler un trait de caractère, nourrir une tension ou un suspens, respecter ses faiblesses et ses fragilités, assumer ses forces, ses réussites, ses échecs.

Toutes ces choses sont des atouts pour servir une intrigue, elles insufflent de la vie dans des événements ordinaires.
Le programme est simple : tout est en vous.
La pensée est une fleur
Facile d’entretien, il suffit de l’arroser.


NIVEAU TECHNIQUE

PAOLA
VIGOROSO

« Stage idéal si vous vous trouvez dos au mur »

[COMPLET] /
LES MOTEURS DE JEU

Face à l’interprétation, il nous est souvent difficile de savoir quels leviers tirer pour nous activer émotionnellement.

Nous aborderons donc ici le travail des moteurs susceptibles de nous animer, nous connecter aux sensations des personnages afin de les incarner totalement et puissamment.

Le stage se déclinera via plusieurs axes :
Partir de soi : Ce que nous sommes, ce que nous avons vu, entendu, ressenti. Il s’agit là de nous, mais également des autres, du monde lu à travers nous, relayé par notre prisme.
Nos partenaires : Réagir, se laisser changer par les personnes avec qui l’on joue. Lire ce qu’elles font, disent, suggèrent et provoquent chez nous.
Le corps : Travailler la finesse de suggérer avec la parole et montrer avec le corps, s’orienter vers des scènes plus oniriques, en utilisant l’espace. Agir, et faire vivre ce qu’on éprouve à travers la physicalité.

Nous traverserons donc différentes étapes de travail, dont la mise en mouvement et le travail corporel. L’expérimentation de nos limites, celles des autres, du contact physique possible ou non.

Et la recherche d’authenticité, autour de thématiques et contextes concrets.


Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :