Semaine 2️⃣ – 🇫🇷

du 25 au 29 JUILLET 2022

Comment faire de l’impro ?

Question qui restera certainement sans réponses. Certains pensent qu’il faut pratiquer, d’autres regarder et s’inspirer des meilleurs, quand certains s’imaginent que c’est surtout une grosse capacité de réaction.

Et si c’était tout ça en même temps?

Cette seconde semaine de GouareK22 permettra au plus aguerris de l’univers de l’improvisation théâtrale d’être ensemble sur deux stages d’exploration distincts. Tandis que les plus « nouveaux » dans la discipline pourront voir des bases et comprendre les ficelles en voyant les autres. Ou alors c’est les nouveaux qui pourront faire avancer les plus anciens grâce à leur oeil neuf?

Qui sait? C’est ça aussi GouareK, une communauté bienveillante.

COMPLET

NIVEAU EXPLORATION

Émigrée à Lyon en 2001, cette Strasbourgeoise tire les ficelles dans différentes disciplines : marionnettiste, comédienne, metteuse en scène et formatrice. En improvisation, en particulier, tout commence en 1995 chez Inédit Théâtre, en Alsace, où elle participe à la création du célèbre « Catch Impro » et partage la scène sur les performances Des Marathon de l’impro. Elle rejoint ensuite Lyon et fonde Et Compagnie, qu’elle co-dirige jusqu’en 2014. Elle Co-dirige le festival Spontanéous de 2003 à 2013. Aujourd’hui elle s’accomplie au sein des Compagnies Combats Absurdes, Amadeus Rocket et Vilain.es ou l’art et la politique du quotidien se côtoient et s’éclairent.

« Se battre pour la paix » reste sa devise.

JULIE DOYELLE –
DE L’INTIME AU POLITIQUE

Partir de soi pour parler du monde, rendre visible des rapports de pouvoirs, interroger la notion de propos et la travailler de façon sensible et corporelle, telle est l’idée de ce stage.

Nous partirons de nos vies, nous partagerons nos représentations du monde pour faire émerger des questionnements collectifs. Une matière première formidable pour improviser, parler du présent et du réel, nommer et incarner !

Les principaux objectifs de ce stage sont les suivants :

  • Apprendre à collecter des récits intimes et identifier leur lien avec des questions de société (sexisme, racisme, inégalités…)
  • Expérimenter différentes manières de construire des scènes inspirées de ces témoignages
  • Travailler la notion de « statut » pour incarner physiquement des rapports de force
  • Trouver de la liberté en jeu, de la légèreté, mobiliser l’humour, le décalage pour parler de sujets dits « sérieux ».

Les techniques et les exercices utilisés dans ce stage viennent du théâtre de l’opprimé (théâtre forum, théâtre image) et du travail mené avec le spectacle « Vilaines ».


1 PLACE RESTANTE

NIVEAU EXPLORATION

Sophie Cusset est comédienne, metteure en scène et scénographe.  Directrice artistique de la compagnie Octavio depuis 1991 avec Gilles Ostrowsky et Jean-Matthieu Fourt, elle écrit, joue et scénographie des créations contemporaines aux images fortes et burlesques issues le plus souvent d’une écriture de plateau .Cette approche du rire et du contemporain influence fortement son parcours artistique et sa vision photographique. Sophie Cusset vient d’une «famille photos», élevée dès l’enfance au Polaroïd. Petite, elle joue dans les films super 8 de son grand père. Elle garde en héritage cet amour de l’immortalisation de la mise en scène familiale.

SOPHIE CUSSET –
APPRENDRE À RIRE DE TOUT

Apprendre à rire de tout. Vaste programme ! Nous approcherons l’univers du burlesque, un voyage pour tenter d’approcher son double dérisoire, son avatar théâtral le clown .

Le clown seul personnage capable d’aborder toutes les tragédies de la vie et d’aborder et de s’interroger sur tous les maux et les sujets de la société même les plus » touchy « grâce à son regard naïf et cet état de découverte permanente au monde, tout comme une première fois .

Jouer avec son inconscient, se marrer avec gravité de ses failles, jusqu’à la folie, magnifier ses défauts, en rire et en pleurer .

Flirter avec les limites, déceler le moment où le rire bascule dans la tragédie et où la tragédie devient hilarante, chercher cette frontière dans le jeu . Plonger au coeur du jeu, sentir par le biais d’exercices d’improvisation fondatrices du jeu masqué comme le ping pong par exemple, comment le jeu se découpe, comment entrer en contact avec le partenaire de jeu qu’est le public, comprendre le pouvoir qu’a l’acteur dans un duo, comment celui qui a le lead dans une improvisation peut devenir celui qui suit, voir les rapports de pouvoir s’inverser sur un plateau, les duos se créer, comment apprendre du travail du clown, comment écrire des numéros ou des scènes d’après les improvisations au plateau.
Le stage comportera également la recherche personnelle de son univers esthétique et de son personnage, un travail en solo par biais d’interview et d’un exercice d’autobiographie « fictionnable » à souhait ou comment par le biais d’une présentation de soi théâtrale commencer à créer un numéro, une scènette . Artisan•e du théâtre.  Aborder l’écriture de plateau en solo et en duo dans les improvisations et avoir un point de vue clair sur ce qu’on raconte sur u plateau, sur la qualité de l’adresse public, sur les choix d’espace , d’accessoires, de costume . Avoir un parti pris fort de théâtre, vivre l’outil théâtral et s’en déjouer .


NIVEAU FONDAMENTAUX

Mari-Maël Tanneau est comédienne, metteuse en scène, scénographe, formatrice et curieuse. Elle se forme au théâtre et à l’improvisation avec la Libido en parallèle de son Master en littérature sur Brest. Se forme dans différents domaines puis, fait du théâtre de rue et découvre le théâtre de l’opprimé. Elle crée ensuite en 2007 la Troupe des Chats pelés sur Concarneau, sa ville natale, pendant trois ans, et en parallèle ouvre une librairie où elle donne des cours de théâtre et une galerie d’art. Directrice artistique de la compagnie Cam et Léon qu’elle crée en 2015 et de Impro G en 2017, elle écrit, joue et scénographie des créations mélangeant le plus souvent improvisation et écriture. Elle est à l’origine du Festival « Une semaine à l’improviste » qui s’articule autour de différentes formes d’improvisation.

MARI-MAËL TANNEAU – LES 5 SENS

La mémoire perceptive (ou sensorielle) est la mémoire de l’interprétation et des sensations procurées par nos cinq sens : la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goût. Mais toutes ces perceptions ne sont pas interprétées de la même manière par tout le monde, cela dépend du vécu de chacun et des souvenirs qu’il y attache.

Comment les mettre au service de l’émotion ou de l’histoire ? Vous allez découvrir l’improvisation de manière bienveillante, en essayant juste d’écouter ce qui se passe autour de vous, de ressentir, et de vous connecter à votre mémoire, tout en jouant avec les autres. Nous verrons durant ce stage comment développer votre palette émotionnelle dans des situations de jeu inconnues, grâce à des exercices nouveaux pour vous, individuels ou collectifs. On commencera par découvrir la manière que l’on a de percevoir le monde. Votre cerveau réagit en permanence à des stimulis. C’est l’occasion de se connecter à votre corps, vos sensations, vos sens et de prendre le temps. On va explorer notre conscience collective…. créer des univers qui nous ressemblent et s’amuser. Enfin, la mémoire perceptive est indispensable aux improvisateurs, lorsqu’il s’agit d’imaginer ou de jouer. Plus les palettes des sens et des mémoires sont affûtées, plus l’improvisateur sera en mesure de réaliser des histoires subtiles, équilibrées et justes. Vous sortirez de ce stage, avec une entrée en improvisation, surprenante et amusante.