Semaine 3️⃣ – 🇫🇷

du 1er au 5 août 2022

Théâtre miroir de la réalité ?

L’avantage avec cette semaine, c’est que vous pourrez creuser la question. Marie-Pierre Thomas pourra vous parler de jouer avec ses tripes, Pauline Vernier d’intimité, et Sébastien Chambres de singularité.

On vous annonce que cette semaine va vous retourner le cerveau et vous faire dépasser de vos limites de pensée, et vos limites corporelles.

(dans le respect du protocole sanitaire qui sera en vigueur…ET DES VOTRES)

COMPLET

NIVEAU EXPLORATION

Marie-Pierre Thomas démarre l’improvisation en 1996. Elle vit un véritable coup de foudre pour cette discipline! Parallèlement à son Master en Psychologie, elle explore l’improvisation à l’Improkot. Elle a fait ensuite partie de l’équipe nationale belge d’improvisation de la FBIA . Elle intègre la Troupe Jeud’Impro de 2007 à 2017. Elle rejoint les piliers des Marathons de l’impro Et là, un nouveau déclic se produit…elle expérimente les longues formes. Impressionnée par la liberté et les nouvelles possibilités d’explorer l’outil improvisation, elle crée, avec Christelle Delbrouck, le spectacle ZOOM, 5 comédiennes pour une improvisation longue forme.
Depuis 2015, accompagnée d’un batteur, elle joue Mémoire un solo improvisé qui part des souvenirs des spectateurs et qui crée du lien.
Marie-Pierre utilise aussi sa pratique de psychologue ainsi que son expérience d’improvisatrice lors de formations et colloques médico-psychos-sociaux. Dans ce cadre, elle a créé «Parenthèse Improvisée» un organisme formations, d’animations et d’accompagnement individuel.

MARIE-PIERRE THOMAS – EXPLORE TON UNIVERS

Souvent, sur scène nous cherchons à être original et à nous renouveler. Et si le secret pour créer des scènes étonnantes et marquantes pour le public était de prendre conscience de sa propre identité et de la mettre au service de son partenaire et de la scène qui est jouée?

Après les premiers moments de découvertes de l’improvisation, vient le moment où l’on a la sensation d’avoir trouvé ses personnages « refuges » où l’on se dit qu’il est important d’ouvrir sa palette de jeu. Alors on se nourrit par l’observation du monde, des autres improvisateurs, on va voir des spectacles.

Cela fait partie des richesses de l’improvisation.

Durant ce stage, je vous propose un retour sur vous-même, d’explorer plus profondément votre univers d’improvisateur, de prendre conscience de vos spécificités, de leurs richesses et de mettre des mots sur votre identité d’improvisateur. Ce cheminement se réalisera par l’intermédiaire d’exercices tant individuels que de groupes. En effet, vos partenaires et leur identité vous aideront à dessiner les contours de votre univers. Vous serez surpris par la liberté et la richesse que procure l’encrage de votre identité…tout en favorisant la rencontre avec l’autre.

Au sortir du stage, vous oserez explorer et expérimenter cette liberté lors de spectacles ou d’ateliers.


COMPLET

NIVEAU TECHNIQUE

Auteur de spectacles basés sur l’observation du réel, metteur en scène de spectacles d’improvisation théâtrale, comédien et improvisateur professionnel depuis 2004. Il crée la compagnie Appoggiature en 2017 pour défendre sur scène une éthique qui pourrait être au cœur de nos vies : combattre les discriminations telles que le sexisme, le racisme, les LGBTQIA+phobies, afin que nos différences soient perçues comme des richesses et non comme des clivages. Ancien ingénieur en informatique et téléphonie, professeur d’improvisation théâtrale au conservatoire de la Roche sur Yon, professeur de sciences humaines à l’école nationale d’ingénieur·es de Brest, élève de chant lyrique au conservatoire de Brest, amateur de Pessac-Léognan et marathonien, il prône l’interdisciplinarité et le « touche à tout » comme vecteur de compréhension du monde qui nous entoure. Il perçoit son métier comme celui d’observer, de restituer, et de rire ensemble, pour avancer sans trop pleurer.

SÉBASTIEN CHAMBRES –
SINGULARITÉS

La création de personnages et leur crédibilité est un travail récurrent des improvisateurices.

Le stage singularités permet de jouer des personnages qui dépassent les clichés.

Pour répondre à la question « comment jouer un ado ? » (ou une personne âgée, ou un·e policier·e, ou une personne homo, …) la réponse sera différente si je joue le seul ado de la scène ou si je joue un ado parmi d’autres ados.

Alors nous allons jouer des bandes. Des bandes d’ados, des bandes de personnes âgées, des bandes de flics, des bandes de tout !

Et parce que nous aurons tous et toutes un point commun, nous ne pourrons pas nous réfugier dans le stéréotype : nous devrons construire notre personnage avec ce qui le distingue des autres : ses singularités.

Tous·tes pareil·le·s, et tous·tes différent·e·s !

Pour aller plus loin, demandez le stage #2 : « trouver ma place dans une bande d’ados policier·es trans pansexuelles » 


COMPLET

NIVEAU TECHNIQUE

Après des études théâtrales et une Licence d’Arts du spectacle option bolas enflammées, Pauline Vernier se forme au Conservatoire de Strasbourg pour apprendre à respirer et penser les grands textes avec ses yeux.
Le théâtre classique c’était chouette mais Pauline voulait jouer en s’amusant alors elle a poussé la porte de la LOLITA pour y découvrir l’improvisation et surtout tout un
tas d’amis. Les mêmes amis qu’elle rejoindra quelques années plus tard au sein de la compagnie de la Carpe Haute, devenue aujourd’hui IMPRO Alsace. Au sein d’ IMPRO Alsace, elle se forme, elle crée tout un tas de spectacles plus fous les uns que les autres et les jouent
Avec IMPRO Alsace, Pauline va parcourir le monde et jouer en anglais dans une multitude de pays, allant de la Norvège à Broadway. Ok Broadway c’est pas un pays mais t’as compris. Pauline crée un duo de chansons improvisées appelé Les Jeanines avec Marie Hatermann. Oui ni l’une ni l’autre ne s’appelle Jeanine.
Actuellement, Pauline est en pleine préparation de son premier spectacle seule en scène, qui sortira à la rentrée, le spectacle de la maturité selon Télérama. Et sinon elle fait du basket et se débrouille pas trop mal sur les shoots à 3 points.

PAULINE VENIER –
SOYONS PROCHES

Bon d’accord ce n’est peut-être pas la meilleure période pour parler de proximité et de contact physique mais bon si on ne peut même plus montrer sur scène ce qu’était « le monde d’avant », alors à quoi bon ?

Dans cet atelier, nous approchons de très près la notion d’intimité dans les scènes. Pour qu’une scène soit juste pour le public, elle doit être le reflet de ce que nous vivons dans la vie, et dans la vie le contact physique est essentiel. Il semble qu’en impro, il soit plus difficile de montrer de l’intimité entre deux personnes qu’au cinéma ou dans une vidéo.

Nous apprendrons comment aborder avec sincérité la question d’intimité, de relation, de contact physique entre 2 partenaires sur scène. Scène d’amour, scène romantique, intimité familiale ou amicale, nous aborderons tous les types de relations et les niveaux d’intimité, pour faire jaillir des scènes, ce qui pourrait transparaître par des mots.
Cet atelier est largement inspiré du travail de Rama Nicholas et de son spectacle « Close to you ». Un travail sur l’expression et la manifestation des sentiments de
manière bienveillante et honnête.

Pour cet atelier, il est préférable d’aimer le contact humain (ahah).